La perte du sens de la réalité des va-t-en-guerre occidentaux – Comment stopper l’influence croissante des propagandistes antirusses Evelyn Hecht-Galinski Traduction : Christiane Reynaud

La perte du sens de la réalité des va-t-en-guerre occidentaux – Comment stopper l’influence croissante des propagandistes antirusses

Evelyn Hecht-Galinski

Traduction : Christiane Reynaud

Commentaire du 19 septembre 2023

Texte original : https://www.sicht-vom-hochblauen.de/kommentar-vom-hochblauen-der-realitaetsverlust-der-westlichen-kriegstreiber-wie-der-wachsende-einfluss-der-anti-russland-propagandisten-gestoppt-werden-muss-von-evelyn-hecht-galinski/?fbclid=IwAR1Yr

 

 

Tout ce qui ne l’est pas vraiment doit devenir normal ! Comment peut-on sinon justifier que tout soutien militaire à l’Ukraine soit désormais présenté comme absolument de première nécessité pour notre liberté et que l’on soutienne sans réserves un État nazi corrompu, dirigé par un « pseudo-Juif » plus que douteux ? Tout est-il désormais possible pour revaloriser les soldats de la Bundeswehr, les « travailleurs de guerre » en uniforme, et leur donner un éclat nouveau ? Le syndicat allemand de l’éducation et des sciences (GEW) n’a-t-il pas déjà observé avec inquiétude que la Bundeswehr s’efforce d’exercer une influence de plus en plus grande dans les écoles, à l’aide d’accords de coopération avec les gouvernements des Länder et la participation active de politiciens. Il faut mettre fin à cette pratique douteuse et rejetée par la majorité de la population.

 

Terrible renaissance de la haine contre la Russie

Ce n’est en aucun cas le rôle de l’éducation politique de faire de la publicité pour des mandats de l’OTAN et de l’ONU tout à fait contestables sur le plan constitutionnel et d’opérations de guerre à l’étranger, plus que douteuses sur le plan politique. C’est à rejeter, surtout en ce moment où, 78 ans seulement après la fin de la guerre et la libération, la haine contre la Russie connait une terrible renaissance.

https://www.gew.de/mein-arbeitsplatz/schule/bundeswehr/einfluss-der-bundeswehr-an-schulen-zurueckdraengen

Les « Invictus-Games » viennent de se terminer à Düsseldorf. Je dois avouer que je ne savais pas auparavant ce que signifiaient ces jeux et ce nom. J’ai appris dans les médias qu’il s’agissait de jeux pour soldats blessés lors d’opérations à l’étranger, « majestueusement » accompagnés par un prince britannique, Harry, et son épouse, Meghan, connus à part cela dans les revues à potins et par les scandales, jeux commercialisés à grand renfort de publicité. Quel spectacle, naturellement exploité par des politiciens comme le ministre « de la guerre » Pistorius, pour espérer inspirer plus de « respect et de reconnaissance » pour tous ceux qui servent en uniforme. Pour étayer ses propos, Pistorius s’est prononcé en faveur de l’instauration d’une journée des anciens combattants en Allemagne et espère une initiative du Parlement.

Lors d’une conférence de presse en anglais, il s’empressa de profiter du vent favorable propagé par ces Invictus Games « pour créer plus de prise de conscience du public pour les sacrifices faits par ceux qui servent en uniforme ». Pistorius ajouta : « Il s’agit de traiter avec respect et reconnaissance tous ceux qui risquent leur vie pour défendre la paix et la sécurité ». Nous ressemblons ainsi de plus en plus aux Etats-Unis, qui ont dédié le 11 novembre 1954 aux vétérans de toutes les guerres dans lesquelles ils étaient impliqués et l’ont appelé en 1971 Veterans Day au niveau fédéral. Dans ce but, le président Nixon a fait du deuxième lundi de novembre un jour férié officiel aux États-Unis.

 

L’horrible vision ne doit pas devenir terrible réalité

J’en ai froid dans le dos quand j’imagine que l’on commémore bientôt avec « respect et reconnaissance », encadrés par la fanfare militaire, les vétérans de l’armée hitlérienne du Reich qui avaient déjà combattus contre la Russie. Quelle vision effrayante qui, compte tenu du danger menaçant d’une troisième guerre mondiale, pourrait bientôt devenir une terrible réalité. Je n’aurais vraiment jamais pu imaginer ce qui se passe actuellement – l’Allemagne sous le gouvernement de la coalition dans une « nouvelle époque » de l’horreur, avec le plus grand programme de réarmement que le pays ait jamais connu après la Seconde Guerre mondiale.

Alors que l’argent manque de tous les côtés et qu’il est réduit quand il s’agit de l’éducation, de la santé, des jeunes et des vieux, le soutien de l’Ukraine, des « réfugiés ukrainiens privilégies » reste intact et n’est pas remis en question. Quand la devise sera-t-elle enfin « Germany First » au lieu de „Ukraine First“ ? Les politiciens qui poursuivent ce soutien agissent sans scrupules, oublieux de l’histoire, quand les gouvernements fascistes  sont à nouveau courtisés par l’Allemagne et la « famille européenne » qui n’œuvrent que contre la Russie et Poutine et soutiennent cette politique de sanctions.

C’est pourquoi il est extrêmement important de dire clairement et de documenter que le président actuel Poutine, élu Premier ministre en 1999, a toujours été prêt à entretenir de bonnes relations avec l’Occident et s’est montré un partenaire loyal. Mais, lui et la Russie ont été amèrement punis pour cela. Après les bombardements de l’OTAN contre la Serbie, c’est surtout l’élargissement « rampant » de l’OTAN vers l’Est que le président américain Clinton, avec l’aide de politiciens occidentaux vassaux, a massivement favorisé et qui est poursuivi jusqu’aujourd’hui de manière agressive.

 

« Ruiner la Russie » : un échec

Comment la Russie pouvait-elle répondre à cela ? L’Occident, dirigé par les Etats-Unis, a suivi leur plan, élaboré depuis des décennies, de saboter les relations avec la Russie. Ce but est atteint. Mais « ruiner la Russie », comme dit Baerbock, n’a pas marché. C’est NOUS qui subissons en ce moment plus ou moins cette ruine. Le baratin de propagande a une emprise totale sur les politiciens et tente d’avoir prise sur nous aussi.

Ainsi, le gouvernement américain et les médias occidentaux prétendent que le monde entier condamne l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Ce n’est pas toute la vérité, en effet, de nombreux États ne condamnent pas la Russie et l’invasion, mais prennent compte des raisons qui ont conduit à cette opération guerrière.

En effet, cette guerre a commencé en 2014 dans l’est de l’Ukraine contre la population de la région du Donbass et avait fait plus de 14.000 victimes. Environ 10.000 étaient des civils. Il y a eu beaucoup d’autres civils tués par la suite, lorsque l’armée ukrainienne et ses bataillons nazis ont continué à tirer et à faire des ravages sur Donetsk et Lougansk.

 

« Contre la stupidité, les dieux eux-mêmes luttent en vain »

La patience dont la Russie a fait preuve pendant si longtemps est étonnante. La tentative impitoyable de l’Occident, dirigé par les Etats-Unis, de maintenir et même d’étendre son hégémonie n’a pu être stoppée que par la résistance de la Russie pour trouver le seul moyen de réussir à survivre : la séparation de l’hégémonie occidentale, par l’indépendance et le développement des relations et la recherche de nouveaux alliés et partenaires. Alors que le taux d’approbation de Poutine ne cesse d’augmenter en Russie, le président américain Biden et la coalition perdent de plus en plus d’assentiment. Cela devrait donner à réfléchir à ces politiciens épris de pouvoir. Mais, si l’on suit la politique, il semble que les Etats-Unis et l’Allemagne refusent de tirer les leçons de l’histoire. Je ne peux que penser à l’un de mes auteurs classiques préférés, Friedrich Schiller : « Contre la stupidité, les dieux eux-mêmes luttent en vain », citation issue de La Pucelle d’Orléans.

Comme l’a écrit l’économiste Michael Hudson, « l’Amérique bat l’Allemagne pour la troisième fois en un siècle ». Arrêtons l’escalade avec la Russie et veillons à faire la paix en Ukraine, ensemble avec la Russie. Ce n’est qu’ensemble avec la Russie que nous sommes forts et que notre économie prospère. Il n’y a pas de bonnes guerres. La guerre détruit tout : les systèmes familiaux, économiques, culturels, politiques, écologiques et sociaux qui maintiennent et favorisent la vie. (Chris Hedges)

Libérons-nous de la perte du sens de la réalité des bellicistes occidentaux et de l’influence des propagandistes et va-t-en-guerre antirusses.

 

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*